News Academy
Harold Levy, maquilleur prothésiste effets spéciaux Avril 1, 2014

Après plusieurs années de maquillage beauté/photo, Harold se spécialise en FX, sa passion, en 2008. Intervenant à l'Academy de Paris, Harold rejoint la TV & Cinema Academy comme professeur du module FX.

Harold Levy, maquilleur prothésiste effets spéciaux

Un métier alliant passion, curiosité et observation !

Harold Levy, maquilleur prothésiste effets spéciaux

Avril 1, 2014

Après plusieurs années de maquillage beauté/photo, Harold se spécialise en FX, sa passion, en 2008. Intervenant à l'Academy de Paris, Harold rejoint la TV & Cinema Academy comme professeur du module FX.

COMMENT DÉFINIRIEZ-VOUS CE MÉTIER ?

Notre métier est avant tout une affaire de passion ! La culture cinématographique dans laquelle nous baignons tous très tôt nous infl uence inévitablement. Notre challenge est double. Il faut d’abord donner naissance à de nouveaux concepts et nous démarquer en sortant des clichés habituels ou de nos influences cinématographiques omniprésentes ; il est aussi d’aller vers toujours plus de réalisme et moins de théâtralité. Le rendu final doit être subtilement contrasté, savoir jouer avec l’harmonie des formes et des couleurs tout en restant toujours hyper réaliste. Même fantastiques, nos personnages doivent être avant tout crédibles !

QUELLES SONT VOS SOURCES D’INSPIRATION ?

L’anatomie est une base fondamentale. Les personnages que nous créons peuvent être monstrueux, mais leurs formes, elles, doivent rester anatomiques. Notre métier est avant tout un travail de composition qui passe par une grande observation du monde qui nous entoure. Cette observation permanente est l’une des clés qui nous permet d’être le plus crédible possible. Chaque détail a son importance et le regard du spectateur ne pardonne rien !

QUELS CONSEILS DONNER AUX FUTURS ÉTUDIANTS ?

Être maquilleur dans l’univers du Cinéma, c’est être polyvalent, créatif bien sûr mais aussi persévérant et tenace. Notre métier regroupe infi niment de techniques. Nous sommes à la fois sculpteur, dessinateur, maquilleur, bricoleur… Ce métier se prépare donc bien avant le début des cours. Je dirais qu’en plus d’être observateur, il est également indispensable d’être curieux, de s’intéresser à des techniques telles que la sculpture, le dessin, la morphopsychologie ou la mécanique, qui peuvent sembler éloignées, mais qui vont participer activement à la compréhension de la matière et de la lumière. Cette ouverture d’esprit est également nécessaire à tous les métiers environnants avec lesquels le maquilleur sera amené à composer et à travailler en synergie : chef opérateur, costumier, décorateur… Tous ont la particularité d’être animés par la même flamme, cette passion commune qui rend curieux de tout et qui permet ensuite de donner vie à d’incroyables projets cinématographiques.